Accéder au contenu

HF Thiéfaine

Vous n'écoutez pas qu'AC/DC dans la vie ! Alors venez discuter de vos autres groupes favoris ici !
Avatar de l’utilisateur
killed by death
 
Messages: 373
Inscrit le: 13 Août 2004, 14:14
Localisation: Lîdje >>> Hèsta

HF Thiéfaine

Messagepar killed by death » 10 Nov 2005, 20:09

J'en avais déjà eu envie mais bon, là, je profite de la sortie de son nouvel album pour faire un topic sur la bête.


1. Biographie
2. Discographie
3. Vidéographie
4. Bibliographie
5. Liens


« Hubert-Félix Thiéfaine est le plus célèbre « inconnu » de la chanson française. Méconnu des top-médias, qui ont longtemps ignoré cet artiste majeur, dont la carrière de trente ans n'a jamais connu d'éclipse. Mal connu de ses nombreux admirateurs eux-mêmes. Jusqu'ici, il est vrai, HFT s'était fort peu raconté... »
Jean Théfaine


1. Biographie
Auteur, compositeur et interpètre jurrassien né à Dole le 21 juillet 1948.Sa scolarité n'est pas très heureuse. On envisage pour lui une filière technique. Mais à l'âge de 12 ans, il est envoyé en pension au Petit Séminaire. Ce milieu assez sinistre et très surveillé finit par stimuler son imagination. C'est à peu près à cette période que Hubert-Félix commence à écrire des chansons. Avec ses copains, il monte même un groupe, les Caïds Boys.

Vers ses quinze ans, à nouveau externe, donc un peu plus libre, Hubert-Félix traîne et fréquente les cafés, espace de discussion et de détente. C'est aussi l'âge des découvertes musicales : Dylan, les Who, les Rolling Stones mais aussi les chanteurs à texte comme Jacques Brel ou Léo Ferré. Il s'intéresse beaucoup à la poésie et à la littérature y recherchant de quoi nourrir ses révoltes et son spleen adolescent.
Alors qu'il est étudiant en faculté de psychologie à Besançon, il rencontre celui qui va devenir bien plus qu'un ami, Tony Carbonare. En effet, en 70, tous les deux se mettent au travail accompagnés d'un guitariste, Claude Mairet et concoctent ce qui sera le premier album de Thiéfaine.

En novembre 71, il débarque à Paris et y séjourne deux ans entre bricolage de maquettes et écriture de textes. En 73, il donne pourtant son premier spectacle intitulé "Comme un chien dans un cimetière". C'est à Sochaux qu'il retrouve Carbonare qui est informaticien dans cette ville. Les deux amis jouent avec un groupe folk appelé Machin. L'adéquation entre ce dernier et Thiéfaine, qui écrit plutôt du rock est difficile à trouver. Mais l'aventure commune continue et en juillet 76, ils effectuent leur premier concert ensemble. Cette année-là, Thiéfaine signe avec le producteur Hervé Bergerat.

Premier album
En 77, le chanteur enregistre son premier album intitulé sobrement "Tout corps vivant branché sur le secteur étant appelé à s'émouvoir.". Son écriture peu académique ne rend pas son disque facilement abordable. En 78, l'année de sa sortie, on comptabilisera quelques 3000 ventes de cet album. Seul le titre "La fille du coupeur de joint" (devenu avec le temps un classique de son répertoire) émerge du lot et passe ainsi sur quelques radios.

Les deux albums suivants "Autorisation de délirer" (79) et "De l'amour, de l'art ou du cochon" (dans lequel on trouve le titre "Comme un chien dans un cimetière") sont dans la même veine rock-folk que le précédent. Thiéfaine de son propre avis semble avec ce dernier opus se perdre un peu. Il se produit durant une semaine à la Gaité Montparnasse à Paris en 80. Ce premier succès parisien est essentiellement dû au bouche à oreille. La personnalité de Thiéfaine est assez étonnante. Au delà de la panoplie de l'amuseur-provocateur, se cache une sensibilité exacerbée, une poésie noire et une rage rivée au ventre. Personnage atypique à la limite de la folie, sa personnalité fascine.

Après une période de grand trouble intérieur, sort en 81, l'album au titre évocateur "Dernière balise avant mutation". Son ami Claude Mairet signe ici trois musiques et les arrangements de ce quatrième opus. Il retrouve la Gaité Montparnasse à Paris pour trois semaines et se produit à l'Olympia lors d'un concert triomphal. Mairet collabore un peu plus à "Soleil cherche futur" qui paraît l'année suivante. Premier Disque d'Or, cet album ramène un public de plus en plus large. "Loreleï" et "les Dingues et les paumés" sont les deux titres qui passent le plus sur les radios, faisant même du premier un véritable tube. L'univers que propose Thiéfaine est noir et toujours proche de la folie ; les textes de ses chansons sont autant d'images fortes et surréalistes que le public (jeune) reprend à son compte. Ce dernier est d'ailleurs au rendez-vous à l'Olympia en 83, pour une semaine de concerts et retrouve le chanteur sur les routes de France durant plus de trois mois.

Juste après la sortie en 84 d'un album Thiéfaine/Mairet intitulé "Alambic/sortie sud", Hubert-Félix Thiéfaine se retrouve en 85 sur la scène du Zénith à Paris, du 23 au 25 octobre. Peu économe de son énergie, il donne beaucoup sur scène. En 86, au cour d'une grande tournée, il se produit au Festival du Printemps de Bourges, à celui de Nyon et celui de Québec. A la fin de cette année-là, sort "Météo für nada", avec notamment le titre "Sweet Amanite phalloïde queen". Cultivant le chaos des mots dans un jardin de mauvaises herbes, Thiéfaine balade son pessimisme en étendard, à la plus grande joie de son public.

Après une pause pendant l'année 87, le chanteur-poète revient l'année suivante avec un nouvel album "Eros über alles" naviguant entre amour et mort, porté par une écriture toujours aussi alambiquée, mais puissante. Il effectue ensuite une tournée et s'installe durant deux semaines, en avril 88, à l'Elysée-Montmartre à Paris.

Enregistrements aux Etats-Unis
Décidant de rompre avec ses habitudes d'enregistrement, il s'envole pour New York en 89. Il concocte seul avec sa guitare, un album produit par l'américain Barry Reynolds. "Chroniques Bluesymental" sort en 90. Thiéfaine enchaîne sur une longue tournée de 18 mois, quelques 102 concerts, de nombreuses prestations dans les festivals et trois dates au Zénith à Paris. S'il s'arrête pour quelques jours de vacances, c'est pour mieux reprendre son travail et l'écriture d'un nouvel album.

Après la côte est, c'est la côte ouest des Etats-Unis que Thiéfaine investit en 93 pour enregistrer de nouvelles chansons. En effet, à Los Angeles, il en impose suffisamment aux musiciens locaux (ceux de Rod Stewart ou Keith Richards) pour mener à bien ce nouvel épisode de sa carrière. "Fragments d'hébétude" est un disque intense, rock, presque "américain". Et comme de coutume après la sortie d'un album, il entame une tournée (énorme) de concerts à travers la France qui dure quasiment un an et demi. Toujours aussi discret dans les médias, les salles, quant à elles se remplissent sans problème. Thiéfaine panache anciennes et nouvelles chansons, reprenant parfois "la Solitude" de Léo Ferré. En 95, sort d'ailleurs un double CD live intitulé "Paris-Zénith".

Toujours aussi prolifique, Thiéfaine bouscule une fois de plus son public en publiant en 96 "La tentation du Bonheur". Ces mots semblent étranges dans l'univers du chanteur. Peut-on penser qu'il s'agit d'une sorte d'aboutissement après de nombreuses années de doutes, de délires et sentiments pessimistes ? Il faut surtout penser que le bonheur n'est pas forcément un "long fleuve tranquille". Entre rock et blues, on retrouve tous les ingrédients chers au chanteur : tendresse de "Tita dong-dong song" (inspiré des mots de ses fils), poésie de "Des adieux", lucidité de "Mojo-dépanneur TV".

Vingt ans de scène
En avril 98, comme pour fêter ses vingt ans de scène, sort un nouvel album "Le bonheur de la tentation", enregistré en partie à Londres. Plaisanterie ou flemmardise de l'auteur, le titre semble être l'écho du titre de l'album précédent. Le mot bonheur lui fait peur. Il y revient. Ses thèmes de prédilection et son écriture ne changent pas, mais il est toujours satisfaisant de l'entendre dénoncer la bêtise humaine.

Pour son retour sur scène, Thiéfaine frappe très fort puisque, cet artiste plutôt habitué aux petites salles, choisit le Palais Omnisport de Paris-Bercy et ses 17.000 places pour son concert événement du 11 décembre 98. C'est un immense succès puisque la salle affiche complet et le public est tout entier acquis à son idole si secrète et si avare de ses apparitions. Entouré de cinq musiciens et d'un ensemble à cordes, ce personnage singulier de la chanson française présente un spectacle poétique et très personnel (deux titres sur ses fils Hugo et Lucas).

Dès le 14 décembre, Thiéfaine repart sur les routes de France qui lui sont plus familières que les méga salles de la capitale. Cependant, devant le succès de Bercy, Thiéfaine continue sa tournée avec deux dates supplémentaires à l'Olympia de Paris, les 15 et 29 mars 99 puis en novembre quelques concerts en France dont un au Casino de Paris. Un double CD live ( le cinquième) enregistré à Bercy vient témoigner de l'enthousiasme du chanteur et de son public.

2001 - "Défloration 13"
Le début de siècle marque un tournant dans la carrière du chanteur auteur compositeur. En effet, après avoir changé de maison de disques (il signe chez Epic), de manager (sa femme Francine Nicolas s'occupe désormais de lui) et de musiciens, Thiéfaine se remet en cause artistiquement avec l'écriture de son treizième album "Défloration 13" qui sort en mars 2001. Il y intègre notamment de nouveaux genres musicaux comme le trip hop et même l'électro.

La tournée "Défloration 13" commence en octobre. Soixante dix-sept dates à travers la France. Les concerts à Paris restent des dates marquantes pour les fans : les 19 et 20 octobre 2001 au Zénith puis plus tard, le 28 mars 2002 au Bataclan. Ce concert donne d'ailleurs naissance à un disque live. Il sort le 28 octobre, le même jour qu'un hommage, "Les fils du coupeur de joints", sur lequel quatorze artistes français (Sanseverino, Matmatah, Mickey 3D, Bénabar,...) reprennent chacun un des nombreux titres du chanteur.

A la fin de la tournée, des problèmes de dos qu'il a déjà du affronter par le passé, le font à nouveau souffrir. En janvier 2003, à la suite d'une grave crise, il se voit obligé de rester tranquille et de ne pas bouger. Il met de long mois à se remettre.

En octobre, il inaugure les "Lundis au Palais Royal" : à la demande du directeur du théâtre, Hubert-Felix Thiefaine donne le coup d'envoi de cette série de concerts acoustiques. Il se produit alors seul sur scène avec sa guitare, expérience qu'il a déjà faite à Genève, en Suisse, le 25 mai 2002, un des plus gros trac de sa carrière, d'après ses dires.

Pour faire plaisir à ses fans, le rocker entreprend une tournée acoustique d'une soixantaine de dates qui débute en avril 2004 et se termine en juillet 2005. Seul avec sa Gibson, il interprète une grande partie de son répertoire. C'est un véritable succès. Le 17 juillet 2004, pendant les Francos de la Rochelle, il invite son ami Paul Personne à venir le rejoindre sur scène. Pendant la période du 6 au 20 juillet, il donne cinq concerts à guichets fermés aux Théâtre parisien des Bouffes du Nord.

Cette année-là, il connaît aussi une expérience théâtrale : les 26 et 27 mai, il interprète le rôle du Diable dans "l'Histoire du soldat", une pièce musicale de Ramuz et Igor Stravinski sur la scène du grand Théâtre de Dijon.

2005 - Scandale mélancolique
En janvier 2005, il reprend l'écriture d'un nouvel album studio. Celui-ci sort en octobre. Il s'intitule "Scandale mélancolique". Hubert cette fois-ci, donne les musiques à écrire à d'autres compositeurs que lui-même. On retrouve ainsi Cali, qui chante en duo avec lui sur "Gynécées", JP Nataf, ex-Innocents, Michael Furnon de Mickey 3D, le Suisse Jeremy Kiesling ou encore le groupe de rock Elista qui signe un hommage à Bertand Cantat "Télégramme 2003". Un son résolument pop rock sur lequel tout le monde se retrouve, des mots qui siéent aussi bien à Thiéfaine qu'à ses invités. Le premier extrait de l'album s'intitule "Confessions d'un never been".

Source:RFI Musique



2. Discographie (un simple clic sur les photos pour plus d'infos)

Studios

1978 - Tout corps vivant branché sur le secteur étant appelé à s'émouvoir
Image

1979 - Autorisation de délirer
Image

1980 - De l'amour, de l'art ou du cochon?
Image

1981 - Dernières balises avant mutation
Image

1982 - Soleil cherche futur
Image

1984 - Alambic/Sortie sud
Image

1986 - Météo für nada
Image

1988 - Eros über alles
Image

1990 - Chroniques bluesymentales
Image

1993 - Fragments dhébétude
Image

1996 - La tentation du bonheur
Image

1998 - Le bonheur de la tentation
Image

2001 - Défloration 13
Image

2005 - Scandale mélancolique
Image


Compilations

1988 - Thiéfaine 1978-1983
Image

1989 - Thiéfaine 1984-1988
Image

1998 - Thiéfaine 1978-1998
Image


Lives

1983 - HF Thiéfaine en concert Volume 1
Image

1986 - HF Thiéfaine en concert Volume 2
Image

1988 - Routes 88
Image

1995 - Paris/Zénith
Image

1999 - Paris/Bercy
Image

2002 - Thiéfaine au Bataclan
Image



3. Vidéographie
Bluesymentale tour (vhs)
Paris-Zénith (vhs)
Paris-Bercy (vhs & dvd)



4. Bibliographie
1988 - Hubert-Félix Thiéfaine (paroles et orchestration de 20 morceaux)
1988 - Hubert-Félix Thiéfaine
2005 - Hubert-Félix Thiéfaine, jours d'orage


5. Liens
Site officiel
Forum officiel
HFT Aficionados
Passion Thiéfaine



Niveau album, ma préférence va à Météo Für Nada, Dernières balises avant mutation, live à Bercy, Live au Bataclan (certes très court mais les interprétations y sont musclées) et Le Bonheur de La Tentation, ne serait-ce déjà que pour Excercice de simple provocation avec 33 fois le mot coupable.

Sinon, pour ceux qui veulent tendre une oreille, faudra se contenter des extraits de 30 secondes (voir lien de chaque album) sauf pour le Scandale mélancolique où 3 pistes sont écoutables en entier (plages 3, 4 et 7).
.: The chase is better than the catch :.

Avatar de l’utilisateur
stephs66
 
Messages: 2371
Inscrit le: 24 Mars 2004, 20:09
Localisation: nord isère

Messagepar stephs66 » 10 Nov 2005, 20:30

Merci mon ami .
Merci d'avoir créé ce topic ( sobre complet et très bien fait ) sur le plus grand artiste français ...!!!

Pour ceux qui ne connaissent pas, si HF Thiéfaine passe près de chez vous l'année prochaine, je vous conseille vivement de vous y rendre .

Perso cela fait 21 ans que je l'écoute et ses disques tournent toujours en boucle .
Quant au nombreux concerts assistés, ce fut à chaque fois un bonheur immense ...!!!

Avatar de l’utilisateur
EirKa
 
Messages: 4445
Inscrit le: 05 Fév 2004, 21:45
Localisation: >>> <<<

Messagepar EirKa » 10 Nov 2005, 20:39

Hi!

Deux fois vu en concert!
Notamment, sur la tournée qui a donné naissance au live vol#2 (c'était en 1985 si je ne me trompe! la tournée, pas l'album)

Pour moi, ma préférence va du premier album à Soleil cherche futur! Après, j'accroche bcp moins, voire, pas du tout!
EirKa

La seule vérité que je connaisse, c'est le doute........... et encore, j'en suis pas sûr!

Avatar de l’utilisateur
PowerAge.261
 
Messages: 2072
Inscrit le: 09 Août 2004, 11:42

Messagepar PowerAge.261 » 10 Nov 2005, 21:37

hm qd je suis allé le voir ave mes parents je devait surement etre l'un des plu jeunes de la salle :lol:

mes parents son tres fans, j'ai ( enfin ils ont ) des albums dedicacé meme ,c'etait a l'Olympia apres le concert... 8)
Image

Avatar de l’utilisateur
TI TAN
Staff H2ACDC
 
Messages: 13974
Inscrit le: 14 Fév 2004, 11:24
Localisation: Valence

Messagepar TI TAN » 11 Nov 2005, 19:24

que dire de plus :grandissime
Image
:wink: et longue vie a HFT
Image

Avatar de l’utilisateur
killed by death
 
Messages: 373
Inscrit le: 13 Août 2004, 14:14
Localisation: Lîdje >>> Hèsta

Messagepar killed by death » 14 Nov 2005, 20:42

Arf, ça fait plaisir de voir quelques têtes dans ce style de topic 8)

@ EirKa: qu'est-ce qui fait que tu décroches après Soleil cherche futur? Y a pourtant (enfin c'est mon avis) une sacrée tripotée d'excellents titres voir d'albums par après. J'ai souvent rencontré l'inverse, les gens n'appréciaient pas trop voir pas du tout les premiers albums.
.: The chase is better than the catch :.

Avatar de l’utilisateur
AngelToHell
 
Messages: 66
Inscrit le: 15 Nov 2005, 13:38
Localisation: l'autre pays du fromage...

Messagepar AngelToHell » 16 Nov 2005, 09:28

Joli sujet !!! Bravo il est bien fait :wink:
Attention Croc / Du Chien

Avatar de l’utilisateur
stephs66
 
Messages: 2371
Inscrit le: 24 Mars 2004, 20:09
Localisation: nord isère

Messagepar stephs66 » 22 Nov 2005, 10:44

Je me permet de remonter ce sujet qui malheureusement sombre dans les oubliettes, parce que :

- Killed by death nous a pondu un superbe post .
- Je suis déçu que le nom Thiefaine interpelle si peu de monde ici .
- J'écoute actuellement "Scandale Mélancolique" et c'est un putain de bon disque .
- j'aimerais réagir aux propos de Eirka en disant que pour ma part et contrairement à lui c'est la période 1986 à nos jour que je préfère meme si les albums " Tout corps ... ", " Dernières balises ..." et " Soleil cherche futur" sont des joyaux .
Il est d'ailleurs assez comique de constater que beaucoup de personne, dont je fais partie, trouve Thiéfaine différent à partie de l'album " Météo fur nada " . Je le constate parmis mes ami(e)s et tous disent préférer le Thiéfaine d'avant 1986 ou le contraire .

Quoi qu'il en soit, j'aime à répéter que Thiéfaine est le seul artiste qui ne m'a jamais déçu discographiquement et scéniquement .
Pour faire un comparatif avec les groupes ou artistes que j'aime le plus sur le plan discographique ( attention ça n'engage que moi ) :

Ritchie Blackmore : S'est souvent laissé aller à la facilité .
ac/dc : Pas un album de bon de 1981 à 1988 .
Rolling Stones : A 2 exeptions que des disques mauvais de 1976 à 1989 .
Neil Young : Une première partie des 80' à oublier .
Iron Maiden : Période Bayley bien poussive .
Scorpions : L'après "Love At First Sting" = Soupe commerciale .
... Je pourrais continuer ainsi la liste ...!!!

HF Thiéfaine : Non, désolé je vois pas, peut etre "Alambic / Sortie Sud" pour pas faire de jaloux ...!!!

Avatar de l’utilisateur
Eden99gw
 
Messages: 2493
Inscrit le: 07 Fév 2004, 08:45
Localisation: On your feet or on your knees

Messagepar Eden99gw » 22 Nov 2005, 11:30

stephs66 a écrit:Je me permet de remonter ce sujet qui malheureusement sombre dans les oubliettes, parce que :

- Killed by death nous a pondu un superbe post .
- Je suis déçu que le nom Thiefaine interpelle si peu de monde ici .
-


Je me permets de répondre à ce sujet en disant simplement que, après écouté vaguement quelques morceaux de HFT, je n'ai jamais accroché. Ca ne me parle pas...tout comme Maiden ne me parle pas.

En tout cas s'il y a qqch qui m'interpelle, c'est le post de KBD, superbe, belle recherche! Chapeau!
Image

Avatar de l’utilisateur
ThunderTruc
 
Messages: 1790
Inscrit le: 13 Fév 2004, 18:54
Localisation: à l'ouest

Messagepar ThunderTruc » 22 Nov 2005, 12:39

Je connais l'artiste surtout par sa réputation, j'ai à l'occaz' lu certains textes (soit dit en passant j'adore ses jeux de mots); quand j'avais 16 ans on écoutait "la fille du coupeur de joint" des potes le jouait à la guitare, mais personne savait qui avait fait ce titre...
A l'instar des vieux Renaud, je pense me pencher sur le cas Thiefaine, bien que ça ne soit pas le genre de musique qui me fasse vibrer.

A noter le tribute "Les fils du coupeur de joint", hommage d'artistes français actuel qui comprend de bonnes reprises (entre autres Alligator 427 par Matmatah).
Bouga Bouga

Avatar de l’utilisateur
stephs66
 
Messages: 2371
Inscrit le: 24 Mars 2004, 20:09
Localisation: nord isère

Messagepar stephs66 » 22 Oct 2006, 12:04

Lettre ouverte à Monsieur Hubert Félix Thiefaine :



Bonjour Hubert … Tu permets que je t’appelle par ton prénom ?


Et puis j’ai envie de te tutoyer parce qu’il y a plus de vingt trois ans qu’on se connaît, tes disques tournent régulièrement sur la platine, je t’ai vu une dizaine de fois sur scene depuis 1986, et tu sais que dans mon esprit et mon cœur tu es l’égal des Jagger, Richards, Blackmore, Young, Young et Young (neil) … !!!

J’ai été content de te revoir sur la scene du Transbordeur à Lyon hier soir . Tu imagines, 17 longs mois que je ne t’avais pas vu live, un bail .
Tu sais j’ai été déçu par la petite affluence, environ 1000 personnes, tu mériterais au moins de faire le triple à chaque passage chez nous . Au moins on a eu l’avantage de pas etre serré comme des sardines et puis l’ambiance était sympa .

Je vais de dire Trois mercis .
D’abord parce que malgrés tes gros problemes de dos, tu as assuré comme de coutume . J’ai bien sentis que par moment que tu en bavais et que cette chaise haute était la bienvenue pour soulager tes maux . T’étais loin d’etre ridicule assis, crois moi .
Deuxième merci pour ces magnifiques versions de « Sweet Amanite Phalloide Queen », « Confession D’un Never Has been » ou encore ce final déjanté et « décibelique » avec « Alligator 427 » et « Narcisse » qui ont eut l’effet d’un ouragan dans la salle .
Et puis un troisième merci pour la qualité musicale de l’ensemble . Un batteur, clavier et bassiste sobres mais terriblement efficasse et ton guitariste … !!!
Putain ton guitariste, quel peche, quel dextérité . Pourtant beaucoup ont critiqué et reproché son jeu aggressif et limite « hard rock » depuis le début de la tournée . Moi j’ai adoré et les nouveaux arrangements des titres sont jouissifs pour celui qui aime un tant soi peu la musique qui déménage .
Et puis il y a ta voix . C’est dingue, on insiste toujours sur la qualité de tes textes, de tes mélodies mais jamais sur tes cordes vocales et pourtant tu as une sacré voix tu sais … !!!

Par contre, c’est quoi ce bordel ? Tu as un prompteur maintenant et tu te permets meme le luxe de completement oublier les paroles de « Soleil cherche futur » . Bonjour la cacophonie sur le deuxième couplet . Nous ça nous a bien fait marrer, on ne t’en a pas voulu car on sait bien que les plus grands ont aussi leurs moments de faiblesse, et meme si par ci par là il y a eu deux trois couac, tu as toujours su retomber sur tes pattes … !!!

Alors encore merci Hubert . Merci pour hier soir et pour ces bientot ¼ de siecle de bonheur que tu me donnes à moi et à beaucoup d’autres .
Bonne chance pour cette fin de tournée et que le final au Zenith de Paris soit une sorte d’apothéose .

Reviens moi (nous) vite avec un nouveau chapitre de ta carrière, je serai là tout proche de la scene, yeux et oreilles grand ouvert, éblouis par un immense artiste et un grand monsieur … !!!

Signé : Steph « Parfois dingue et paumé » … !!!

Avatar de l’utilisateur
ConanleMoloch
 
Messages: 2697
Inscrit le: 13 Jan 2005, 18:01
Localisation: Espagne

Messagepar ConanleMoloch » 22 Oct 2006, 12:08

vu la veille des Nashville Pussy cet été et beaucoup apprécié.
Ces musiciens sont vraiment très beau, son show est sobre et sa musique est belle.
Va falloir que j'approfondisse ça .
Daily Rock France : http://www.daily-rock.fr/

Riffraff a écrit:Toi tu dois adorer Les Stones .... Avec leur humilité déployée a chaque morceau. Et meme plusieurs fois par morceaux des fois, mais ca c'est les concerts privilégiés...

Nécureuil
 
Messages: 606
Inscrit le: 16 Jan 2009, 17:54
Localisation: 89

Re: HF Thiéfaine

Messagepar Nécureuil » 17 Mars 2011, 17:02

Salut ! J'ai plutôt pas mal accroché sur la zic "La ruelle des mort" tirée de son nouvel album.
Quelqu'un sait ce que donne la galette ?

Avatar de l’utilisateur
stephs66
 
Messages: 2371
Inscrit le: 24 Mars 2004, 20:09
Localisation: nord isère

Re: HF Thiéfaine

Messagepar stephs66 » 20 Mars 2011, 11:32

Fonce mon coco, ce disque est une perle comme seul Hubert sait en enfiler ...
Musicalement on est loin de ce qu'il a proposé sur scene ou sur quelques galettes ces dernières décennies, à savoir pas de guitares ravageuses, rock et blues, c'est à dominance accoustique, et meme sur les titres plus rythmés, "l'electricité" se fait tout en nuance . Les arrangements sont d'une beauté absolus, les cordes, la trompette ( attention, on est à l'opposé d'un niaiseux JC Borelly, tout en nuance je le repete ) donnent une aura magnifiquement légere et oxygénante .
Reste les mélodies de chant qui sont d'un niveau hors norme, collant parfaitement à ce que j'ai écrit plus haut . C'est beau bordel, c'est entrainant, c'est ..... .
Quant aux textes, c'est du pur Hubert écorché vif, il semble exorciser les démons qui ont faillit l'emporter à la fin de l'été 2008, c'est comme à chaque fois de la poésie "trash", c'est magique ...

Bref c'est encore un coup de maitre, un chef d'oeuvre ou seul le dernier titre est de trop à mon gout . Vivement la tournée d'Octobre/Novembre, je serai à Annecy, Lyon, Grenoble et Clermont Ferrand, et il faudra remettre ça en 2012 ...

Quel artiste quand meme ... Respect éternel ...!!!

A+

Avatar de l’utilisateur
loulourockeur69
 
Messages: 424
Inscrit le: 13 Oct 2008, 19:03
Localisation: Jura, plaine.

Re: HF Thiéfaine

Messagepar loulourockeur69 » 20 Mars 2011, 11:52

Je serai à Dijon en novembre ! Par contre petit concert pèpère comme j'en fait rarement : en gradin, posé à regarder, contempler et écouter tout simplement. :)
http://www.airbourne-france.fr/

Louder than Rock, there is Motörhead.

Suivant

Retour vers Autres groupes

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit and 12 invités